Janvier 2020 - Tendances

La technologie ne suffit pas : l’humain est la clé de l’innovation

Nous vivons une époque dans laquelle les avancées technologiques s’enchaînent à un rythme élevé. Mais l’innovation n’est pas seulement une affaire de technologie. Bien qu’elle soit importante, la meilleure ressource pour innover en 2020 reste les collaborateurs, l’humain. 

 

L’innovation n’est pas seulement une affaire de technologie. Bien qu’elle soit importante, la meilleure ressource pour innover en 2020 reste les collaborateurs, l’humain.

 

L’accélération de la concurrence mondiale et les attentes accrues des consommateurs transforment les industries du monde entier. Les entreprises se rendent compte qu’elles doivent devenir plus novatrices et elles doivent le faire rapidement sous peine de disparaître. Malgré ces menaces, beaucoup d’entreprises (grandes ou petites) n’ont pas, ou peu, de structure pour favoriser l’innovation et n’investissent pas suffisamment dans la mise en œuvre de programmes d’innovations durables. Quels sont donc les ingrédients qui manquent ? Se concentrer sur les innovateurs, et non sur l’innovation. En d’autres termes, les entreprises doivent investir davantage dans leur capital humain.

 

Trop souvent les entreprises assimilent l’innovation aux nouvelles technologies. Ce point de vue est trop limité. L’innovation est plus que cela. Elle peut être un nouveau processus opérationnel qui réduit les coûts ou accélère la livraison ; un nouveau modèle qui permet de mieux fournir des services aux clients ; une nouvelle façon de travailler avec des partenaires. L’innovation est un état d’esprit, une culture. C’est une approche qui relie les passions personnelles aux objectifs de l’entreprise. Elle doit être imbriquée dans l’organisation quotidienne de l’entreprise. Cet état d’esprit doit venir des salariés et non de l’organigramme encore trop souvent pyramidal. Certainement que l’innovation existe déjà au sein de votre entreprise. Il suffit de la débloquer.

 

Posséder une bonne organisation

 

Un esprit d’innovation ne peut pas être imposé ou institué du haut vers le bas. Les salariés doivent sentir que l’innovation est une véritable priorité pour l’entreprise, qu’elle est mise en valeur dans les discours et dans les faits.

 

Lorsque les cadres supérieurs démontrent véritablement leur attachement à l’innovation, celle-ci peut devenir contagieuse à tous les niveaux et pour toutes les fonctions. Nombreuses sont les entreprises dans lesquelles les salariés ont l’impression de ne pas avoir voix au chapitre. Ils pensent à tort que seuls les ingénieurs et les équipes de vente apportent une réelle valeur à l’entreprise. Il est essentiel de montrer aux employés que chacun dans l’organisation peut apporter une contribution significative. Écouter les salariés et les encourager à faire part de leurs idées novatrices, quelle que soit leur position dans l’organigramme doit être une priorité d’un cadre dirigeant.

 

Dans le même ordre d’idées, il est important que les employés comprennent que l’innovation est l’affaire et la responsabilité de chacun. Elle peut venir de n’importe qui, n’importe où et n’importe quand. En offrant aux salariés de toutes les fonctions et à tous les niveaux de l’organisation la possibilité d’exprimer et de développer leurs idées novatrices, elle crée un sentiment d’appartenance chez les salariés. On peut considérer l’innovation comme un sport d’équipe : tout le monde a un rôle clé et doit travailler vers un objectif commun.

 

Mettre en avant la diversité et la curiosité

 

Les nouvelles idées émergent moins facilement lorsque toutes les personnes présentes dans la salle viennent du même milieu et ont le même point de vue. Par contre, un groupe de personnes aux origines diverses (sexe, âge, origine ethnique, niveau d’éducation) sera souvent à l’origine d’idées originales. Des recherches ont montré que l’embauche d’une main-d’œuvre plus diversifiée permet aux entreprises de devenir plus innovantes et plus productives.

Autre point important en ce début de 21e siècle : briser les structures organisationnelles du 20e siècle (bureau individuel, regroupement par service) pour créer des opportunités afin que les salariés de différents services et de différentes fonctions travaillent ensemble. Il faut aussi encourager les collaborateurs à partager des points de vue différents tout en conservant leurs talents et leurs compétences propres. Croiser des idées et des compétences mène aux innovations et permet aux salariés de s’investir plus dans l’entreprise.

 

En fait, l’innovation peut se résumer à la curiosité. Il est important d’encourager la curiosité, l’expérimentation et l’esprit d’entreprise chez ses employés. Ils ne doivent pas avoir peur de prendre des risques et d’échouer. Les leçons tirées des échecs sont souvent celles qui stimulent la future innovation à succès. Comme le dit James Dyson, PDG de la société éponyme : « Appréciez d’échouer, et apprenez de l’échec, car on n’apprend rien de ses succès ».

 

L’innovation n’est pas une question de technologie, c’est une question de personnes, de passions et de talents.